octobre 31

Le stress

1  commentaires

« Ce n’est pas le stress qui nous tue, c’est notre façon d’y réagir. »

Dr Hans Selye

Vous avez dit stress ?

  • Il y a un bouchon majeur sur la route qui mène au boulot ce matin… Pas de problème, vous prenez votre raccourci habituel… qui vous mène tout droit au cœur d’un nouveau chantier de réparations ! Décidément, le premier rendez-vous de la journée ne débutera pas à l’heure prévue…
  • Le temps est compté pour votre déjeuner d’affaires, vous n’avez qu’une heure devant vous. Une fois attablé au restaurant avec votre client, vous réaliser qu’avec l’ouverture de la nouvelle terrasse et le nouveau personnel, le service est beaucoup plus lent que d’habitude. Vous savez que vous devrez retourner au bureau à la course, en emportant probablement le dessert et le café…
  • Après une longue journée de travail, vous vous arrêtez au supermarché pour vous procurer le nécessaire afin de cuisiner le repas du soir. La file est excessivement longue puisqu’une seule caisse est en fonction, il fait déjà noir dehors et la faim commence à vous tenailler…

Vous êtes-vous reconnu dans l’un ou l’autre de ces trois exemples ? Ces situations ont toutes un point en commun : elles laissent la porte grande ouverte à l’escalade du stress. Parce que le scénario ne se déroule pas comme prévu, parce que nous n’avons aucun contrôle sur la situation, le niveau de tension augmente.

Le stress est omniprésent dans nos vies. Il influence nos relations amoureuses et professionnelles, nos amitiés, nos réactions, la qualité de notre sommeil, nos perceptions, nos symptômes d’inconfort physique, notre tolérance à la douleur, bref notre relation avec ce qui nous entoure et avec nous-mêmes. Mais savons-nous vraiment pourquoi ?

Pour connaître la réponse, il faut remonter loin dans l’histoire. En dépit de nos millions d’années d’évolution, nous sommes toujours « programmés » pour réagir au stress de la même façon que nos ancêtres réagissaient devant un prédateur aux dents acérées. Vous vous retrouvez à l’âge de pierre à cueillir des plantes pour le repas du soir. Vous entendez un bruit qui ressemble drôlement à un rugissement, ce qui n’augure rien de bon ; vous avez alors deux options : vous battre héroïquement ou fuir le plus rapidement possible.

Ce réflexe d’auto préservation, connu comme celui de « lutte ou fuite », influence grandement notre équilibre, car lorsque nous percevons une situation pouvant menacer notre vie ou simplement dépasser nos limites, notre système nerveux réagit au quart de tour. C’est une question de millième de seconde. Cette réaction est mise en branle par la même partie du cerveau qui régule la faim, la soif, le désir sexuel, la peur, le besoin de sommeil, le clignement des yeux, les éternuements, en somme notre « pilote automatique » personnel.

Avant même que la pensée n’ait pris racine dans la pleine mesure du danger potentiel, le corps a déjà commencé à relâcher des hormones (telles la cortisone et l’adrénaline), créant une cascade physiologique des plus impressionnantes pour vous préparer à la survie : augmentation de la transpiration, du rythme cardiaque, de la pression artérielle, de la glycémie, bref, tout un branle-bas de combat pour nous permettre de nous acquitter de notre tâche, nous battre ou nous sauver.

Dans plusieurs ouvrages, cette chaîne de réactions physiologiques est montrée du doigt comme étant une source potentielle menant à plusieurs maladies (maladies cardiovasculaires, infarctus, infections, diabète, cancers…). Mais avant de plonger dans le pessimisme, poursuivons la réflexion…

Sommes-nous inévitablement réduits à subir ces effets néfastes lorsque nous vivons du stress ? Heureusement, il semblerait que non.

Un antidote aux effets potentiellement négatifs du stress ?

Parmi les deux affirmations suivantes, laquelle choisiriez-vous ?

  1. Je crois que le stress a un effet négatif sur ma santé et devrait-être évité le plus souvent possible ;
  2. Je crois que le stress est un facteur positif et devrait être accueilli et accepté comme tel.

D’emblée, la majorité des gens (moi inclut) optent pour l’affirmation 1.

Nous avons lu, entendu et appris pendant des années que le stress était négatif et qu’il portait une lourdeur pouvant potentiellement affecter notre santé physique et mentale. Les discours ont commencé à changer depuis, entre autres cause des résultats d’une étude réalisée par un groupe de chercheurs américains. Ces derniers ont jeté un éclairage différent sur le sujet, en établissant un lien percutant entre la quantité de stress vécu au quotidien, la perception de ce stress et la mortalité.

En 1998, ils ont demandé à près de 30 000 adultes s’ils avaient vécu du stress durant l’année, à quelle fréquence, et s’ils croyaient que le stress était néfaste pour leur santé.

Huit ans plus tard, ils ont révisé les dossiers pour arriver à des conclusions assez surprenantes : les gens ayant déclaré avoir un niveau de stress élevé et qui croyaient que ce dernier avait un impact négatif sur leur santé présentaient 43 % de risque accru de décès prématuré. En revanche, ceux qui avaient vécu beaucoup de stress, mais qui ne percevaient pas ce dernier comme étant néfaste étaient moins à risque. Les chercheurs ont poursuivi leur analyse en concluant que ce n’était pas le stress qui était néfaste, mais la combinaison du stress ET de la croyance que celui-ci est néfaste pour sa santé. Voilà qui a de quoi notre perception du stress…

Que conclure de cela ? Puisque le stress est quasi inévitable dans nos vies, apprendre à réduire son emprise, changer notre perception vis-à-vis de lui, cultiver notre flexibilité et notre adaptabilité demeurent nos meilleurs atouts pour surmonter les épreuves de la vie avec résilience, paix, en harmonie et dans la joie de vivre.

Et vous comment gérez-vous le stress dans votre vie ? L’ayurveda peut vous aider entre autres à gérer votre stress grâce à des méthodes douces et holistiques. Prenez rendez-vous dès maintenant pour une consultation ayurvédique et repartez avec un programme personnalisé.



Laissez nous votre message

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs requis sont indiqués.

  1. J ai beaucoup apprécié l article sur le stress. Malheureusement pour certain c est une manière de vivre. Meme nos enfants nous les stressons avec notre rythme de vie.

{"email":"Email address invalid","url":"Website address invalid","required":"Required field missing"}

Inscrivez -vous à notre Newsletter dès maintenant!