janvier 9

Se reconnecter à la nature

0  commentaires

La sagesse de la nature

« Regardez profondément la nature,

alors vous comprendrez mieux … »

Lorsque l’on s’y attarde, que l’on prend le temps de s’arrêter et d’observer, on s’aperçoit que la nature est remplie de sagesse. La lune ne demande pas la permission au soleil de se lever. Les bébés canards qui suivent leur mère dans l’étang dès leur premier jour ne se demande pas s’ils savent nager. Les oies blanches, qui viennent se gaver au bord du fleuve Saint-Laurent deux fois par an et s’offrent une pause entre deux hémisphères, reviennent année après année, retrouvant toujours leur chemin … sans GPS ! La graine de plantain ne se demande pas si elle s’implante au bon endroit, elle accepte même de se faire piétiner au centre d’un chemin d’érablière ! Un pissenlit sait comment pousser dans les fissures du trottoir des villes, nous signalant bien subtilement que la nature est là, que ce soit sous nos pieds, dans l’air que nous respirons ou à travers la pluie dont nous avons besoin pour nettoyer, hydrater, protéger …

Il existe une cohésion, une synergie, un lien profond entre chaque élément, être vivant, écosystème, que l’homme ou la science n’a pas encore expliqué totalement. D’ailleurs avons-nous vraiment besoin d’expliquer tout et d’apposer une étiquette à chaque chose ?

La nature apaise, nourrit, soigne et guérit

La relation entre la nature et la santé humaine fait partir du patrimoine – culturel, spirituel et scientifique – de toutes les civilisations, depuis que l’être humain existe. Que ce soit en Europe avec la médecine herboriste et l’aromathérapie, en Asie avec la médecine chinoise, en Inde avec l’ayurvéda, en Afrique avec les médecines traditionnelles des différentes régions, en Amérique ou en Océanie avec la médecine botanique ou autochtone, chaque peuple porte son histoire, sa culture, ses épices et sa façon de percevoir la maladie et ses remèdes. Souvent, ces connaissances léguées de génération en génération, d’un siècle à un autre, ont survécu aux différentes croisades et guerres. Elles ont été transmises parfois par l’écriture et la retranscription, souvent de bouche à oreille, d’un sage à l’autre, d’une apothicairesse à une autre, d’un guérisseur chaman à son prochain, d’une sage-femme à sa relève. A travers des rituels et les connaissances sur le terrain s’est bâtie une véritable pharmacopée pour soigner, apaiser, nourrir et régénérer l’être humain.

Si nos ancêtres n’avaient pas appris à soigner leur communauté grâce à la nature, nous ne serions pas installés confortablement à écrire ou à lire ces lignes aujourd’hui. Les plantes aromatiques, les écorces, les racines, les fruits, les boutons de fleurs, les sommités fleuries, les bulbes, la résine, les huiles extraites des graines, les huiles essentielles et les champignons font partie de notre materia medica. Nous avons l’immense privilège d’accéder à ces connaissances provenant de partout sur la planète, à des compilations « d’essais-erreurs » et, surtout, à des milliers d’années d’évolution du matériel botanique.

Le monde végétal est d’une richesse, d’une abondance et d’une générosité infinies. L’épicerie – idéalement nos potagers et petits espaces de culture – est une mini-pharmacie où l’on peut renouer avec la nature et ses bienfaits, en toute simplicité. Les plantes méritent de retrouver une place centrale dans nos jardins et dans nos armoires à épices, dans nos tisanes, nos huiles et nos vinaigres.

Ötzi, l’homme des glaces

Vous connaissez peut-être l’histoire d’Ötzi une momie découverte par un couple l’Allemands dans les Alpes italiennes en 1991. Ensevelie sous une couche de glace, son existence a été révélée par la fonte importante du glacier. Comme les ossements étaient extrêmement bien conservés, les scientifiques ont pu faire plusieurs analyses. Une captation au carbone 14 et d’autres techniques de datation lui ont donné l’âge vénérable de 4500 à 5000 ans, selon les sources. Dans sa petite besace, enfilés sur deux petites branches de bois, étaient alignés trois champignons. Après analyse, les scientifiques ont déterminé qu’il s’agissait d’un polypore du bouleau, d’un amadouvier et d’un chaga. Selon la revue Science de janvier 2016, l’autopsie a confirmé qu’en plus de souffrir de tendinite, d’arthrose, de calculs biliaires, de la maladie de Lyme et d’athérosclérose, le pauvre Ötzi était aussi atteint d’une bactérie intestinale (H. pylori), contre laquelle un des champignons semblerait efficace. En 2011, les chercheurs de l’Université de Zurich se sont entendus pour dire que, finalement, c’est une flèche qui avait eu raison de la vie d’Ötzi.

Se reconnecter à sa véritable nature grâce à l’ayurvéda

L’ayurvéda est un art de vivre, une invitation à créer de l’espace dans sa vie pour prendre soin de soi et se connaitre d’avantage, c’est une incitation à renouer avec la nature et notre propre nature. L’ayurvéda nous propose de vivre dans une pleine conscience de ce qui nous fait du bien (ou non), au rythme des saisons. Il nous encourage à adapter notre mode de vie selon notre constitution physique et psychologique unique, influencée par la présence des cinq éléments et leurs caractéristiques.

L’ayurvéda favorise le partage des connaissances et valorise l’autonomie, la prise de pouvoir personnelle de chacun afin qu’il puisse prendre en main sa santé globale. Selon cette médecine, la joie, la paix, l’amour et l’harmonie sont l’essence de l’être humain ; par de petits gestes simples au quotidien, il est possible de cultiver sa vitalité et de retrouver cet état d’être naturel.

Liant la tête, le cœur, le corps et l’esprit, l’ayurveda nous rappelle qu’il est important d’apaiser les turbulences émotionnelles et de mettre notre mentale au repos. Pour cela, il suggère des enseignements de « rituels bien-être » quotidiens, incluant la méditation et le yoga, et met en lumière l’importance des plantes et des épices dans notre alimentation.

Cultiver l’équilibre et nourrir notre vitalité, dans toutes les sphères de notre vie, est un processus continu. C’est un choix qui se renouvelle d’un matin à l’autre, d’une saison à l’autre, d’une année à l’autre, d’une pensée à l’autre, d’une respiration à l’autre, d’un petit geste à l’autre. Je vous propose donc chaque jour de créer de l’espace pour prendre soin de vous.

Parce que si vous ne le faites pas,

Personne ne le fera à votre place !

Retrouvez sur notre page Facebook ou Instagram des conseils pour vous reconnecter à la nature et bien plus encore!

Envie d’aller plus loin ? Retrouvez-moi en consultation ou en atelier au studio Move Garden ou en ligne.



Laissez nous votre message

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs requis sont indiqués.

{"email":"Email address invalid","url":"Website address invalid","required":"Required field missing"}

Inscrivez -vous à notre Newsletter dès maintenant!